Dans les coulisses de PAF – Saison 2

Dans les coulisses de PAF – Saison 2


Aujourd’hui nous interviewons Patrick Ermosilla, le créateur de la série Paf le chien et producteur artistique chez Superprod, et Daniel Klein, le réalisateur de la saison 2.

Patrick va nous (ré)expliquer comment Paf le Chien est né, les raisons de son succès dans le monde entier, et nous révèle en avant-première les nouveautés de la saison 2 ! Daniel lui, nous en dira plus sur les coulisses de la production, et nous racontera comment il a appréhendé cette saison en tant que nouveau réalisateur de la série.

 

 

Patrick, toi qui as eu l’idée d’adapter Paf le Chien en série d’animation, peux-tu nous expliquer comment Paf le Chien est né ?

 

 

Patrick : Oui bien sûr ! Au tout début, Paf le Chien, c’est un jeu mobile qui a eu un énorme succès avec 45 millions de joueurs dans le monde entier. Au sein de Superprod aussi, nous connaissions tous le jeu et les mésaventures de ce brave toutou marron.

 

 

Sa jouabilité simple et efficace de l’appli m’a inspirée. Alors, il a fallu trouver une histoire, et quelque chose d’aussi simple et efficace. « Un chien qui vole » … Cela ne m’intéressait pas de créer une série cruelle, où l’on malmènerait un chien en le projetant en l’air. Alors je me suis dit bêtement : « Qu’est-ce qui pourrait justifier qu’un chien se retrouve au-dessus des nuages, comme Superman ? » Avec le mot « Superman », j’ai pensé aux superhéros, puis aux héros… puis aux héros canins : Rintintin, Lassie… Et je me suis posé cette question : « Et si ce petit toutou tout grassouillet pouvait aussi être un vrai héros ? »

 

Nous avons donc conçu cette série, en 3D, pour les enfants de 5 à 8 ans… et nous sommes hyper contents qu’elle plaise autant aux enfants du monde entier !

 

 

 

 

Où la série est-elle diffusée ?

 

Patrick : Un peu partout. D’après une étude du CNC, la série s’est hissé parmi les plus beaux succès français à l’international de ces 25 dernières années. C’est un beau travail du distributeur de la série, Superights, qui l’a vendue dans 180 territoires.

 

Je ne connais pas tous les diffuseurs, mais la série a par exemple été diffusée sur Cartoon Network en Europe et en Asie, sur Disney Channel aux US, en France, au Benelux, en Espagne, en Allemagne, en Russie… mais aussi sur Discovery Kids en Amérique Latine, sur la Rai en Italie ou encore Radio Canada.

En fin d’année, Paf a même participé au lancement de la nouvelle plateforme Okoo de France Télévisions et a été diffusée pendant les vacances sur France 4! Un beau cadeau de noël pour l’équipe .

 

 

 

Peux-tu nous en dire un peu plus sur cette saison 2 ?

 

Patrick : Paf le chien Saison 2, c’est tout simplement la suite des aventures de Paf, et ce qui en a fait son succès : notre super-toutou sans pedigree, toujours “sur le pont” pour résoudre tous les problèmes de sa petite famille composée de Lola (8 ans et meilleure amie de Paf), Capuche (le chaton gaffeur de la famille), Papa et Maman. Il y a aussi Victor le voisin et son chien Tank, toujours prêts pour se taper l’incruste et compliquer les situations…

 

Il y aura plein de nouveaux gags, des inventions inédites, pour toujours autant d’actions et de plans machiavéliques des Guanos… mais aussi des nouveaux personnages, comme Honorine, la grand-mère dynamique, Marcel et Squizel, des escrocs spécialistes du chapardage, Pompon le hamster gaffeur, et deux Dobermans plutôt à cheval sur l’ordre et la discipline…

La saison 2 sera toujours majoritairement composée d’épisodes de 7’, mais il y aura également 4 spéciaux et des webisodes de 1’30. Pourquoi avoir fait ce choix ?

 

Patrick : C’est vrai que le succès de la saison 1 nous a permis de proposer de nouvelles histoires de 7 minutes (toutes les idées ne “rentraient” pas dans les 78 premiers épisodes de la première saison), mais également d’explorer des formats plus longs et plus courts.

 

4 spéciaux de 22 minutes ont été vraiment supers à fabriquer car nous avons pu explorer de nouvelles situations, plus complexes, et faire davantage exister la famille de Paf et Lola. C’était aussi l’occasion pour Paf et Lola de partager les fêtes de Noel, d’Halloween, mais aussi les vacances d’été avec leurs fans !

 

 

Un format plus long permet également des enjeux narratifs plus riches… attention “spoiler alert” : on en apprendra plus sur la rencontre entre Paf et Lola, la petite famille au complet se retrouvera perdue en forêt et il est même possible que Paf rencontre en personne le père noël… mais je ne veux pas trop en dire !

 

Ca n’est pas tout ! On profite de cette nouvelle saison pour donner la vedette à notre star internationale, Capuche le chaton, dans 10 épisodes dédiés de 1 minute 30 ! Ce qui est incroyable, c’est que les fans de la série et les chaînes nous ont fait la demande avant même qu’on le leur propose…. Ça tombe bien, c’était dans les tuyaux, et une évidence pour nous d’ailleurs, car notre « catastrophe sur patte » est quand même ultra attachante ! Même si certains diffuseurs prévoient aussi une diffusion à l’antenne, ces épisodes courts ont été pensés pour une diffusion web… quand on voit le succès des chats sur Internet, on comprend que ce monde appartient bien aux matous !

 

 

Travaillez-vous avec les mêmes équipes que sur Paf saison 1 ?

 

Patrick : Chez Superprod nous essayons au maximum de travailler avec les mêmes équipes, d’une part parce que de vrais liens se créent durant toute une production (on parle d’un travail de 2 ans de fabrication), mais également parce que quand les gens se connaissent et connaissent le projet, on travaille aussi plus efficacement !

 

Nous avons des équipes au top, avec des jeunes, des moins jeunes , qui, forts de leur expérience sur la saison 1, ont réussi à éviter de nombreux pièges de fabrication sur cette nouvelle saison : et à faire encore mieux !

 

Nous sommes d’ailleurs fiers que ces talents travaillent avec nous. Et vraiment reconnaissants ! Quand on est créateur d’une série, c’est un bonheur de voir que les gens s’approprient réellement le projet !

 

Alors, je ne peux pas citer tout le monde, car en réalité, nous sommes une équipe de 100 personnes à travailler au quotidien pour faire de Paf une série de ouf  ! Mais toutes les équipes y contribuent, François et son équipe d’artistes 2D et 3D et d’animateurs, Christophe et les techniciens et bien sûr Virginie, Juliette, Antoine, Maxime et tout le staff de production, qui synchronisent au quotidien (je dirais même à l’heure près ! ) cette super équipe ! Enfin : Csaba, le directeur d’écriture, Jean-Louis et son équipe de storyboarders, Ange, l’assistant réal, et Daniel, le réalisateur sont celles et ceux qui écrivent “la partition” de ce merveilleux “concert” !

 

 

 

Daniel, tu es justement le réalisateur. Peux-tu nous dire ce qui t’a séduit dans Paf pour décider de réaliser la 2ème saison ?

 

Daniel : J’ai beaucoup aimé le rythme envisagé sur la saison 2, et la complexité issue du mix sitcom/cartoon assez inédit.

 

S’il on devait schématiser, dans Paf, il y a d’un côté, la partie sitcom où l’on est principalement centré sur les humains (Lola, ses parents, Victor, etc.), et de l’autre, la partie cartoon avec les animaux (Paf / les Guanos, etc.) en pleine action. Mais comment faire pour maintenir le lien entre ces deux univers ? Comment garder le rythme entre les scènes d’actions prenantes et haletantes et les séquences émotions avec Lola ? Et aussi comment intégrer de nouveaux persos qui soient complémentaires et permettent de nouvelles aventures ?

 

Cela a été un gros enjeu sur cette nouvelle saison ; et il a fallu travailler sur les transitions, les coupures de rythmes et les envolées qui permettent justement à la série ces va-et-vient entre les scènes d’action et les moments posés.

 

Voilà le défi que j’ai pris énormément de plaisir à relever. Mais ça n’est pas tout ! Nous les créateurs de dessins animés, nous pouvons visible rendre visible tout l’imaginaire des enfants : faire vivre leurs jouets, les emmener dans l’espace, ou dans le cas de Paf le Chien, rendre son chien super-héros ! Je trouvais génial d’avoir à entrer dans ce monde secret des animaux, et à pousser les limites des personnages. Et je confirme, on s’amuse beaucoup. Regardez les Guanos : certes, on les a un peu maltraités en les rendant pas très sympathiques, c’est le moins qu’on puisse dire. Mais finalement : ils s’éclatent tout le temps, ils ont de supers idées, et ils sont libres comme l’air ! C’est génial. Et le cartoon permet de pousser ces limites de manière fun !

 

via GIPHY

 

Enfin, je voudrais ajouter que le dessin animé est justement une matière sensible. J’attache énormément d’importance à la sensibilité et aux nuances que l’on peut véhiculer. Je trouve magique de démarrer d’un dessin, et que la formidable chaîne de travail permette à des enfants de s’amuser, de ressentir de l’empathie, et même de la peur pour Paf, Lola ou tous les autres, comme s’ils étaient effectivement réels !

 

 

Comment arrive-t-on sur une série quand on n’a pas réalisé la première saison ?

 

Daniel : En effet, c’est Charles Vaucelle qui a réalisé la saison 1 et qui a mis en place beaucoup d’éléments graphiques et narratifs sur lesquels s’appuyer. Alors, oui, en arrivant, il faut bien sûr un peu de temps avant de s’immerger pleinement dans l’univers de la série déjà existante. Mais une fois qu’on s’est suffisamment imprégné, alors il est temps de prendre un peu de recul, et de réfléchir à la manière d’apporter sa propre sensibilité, sa propre mise en scène, et imaginer avec les équipes déjà présentes sur la saison 1 comment on peut faire évoluer le travail sur l’animation ou les storyboards par exemple.

 

 

Patrick parlait des équipes sur Paf. De ton côté, est-ce qu’il y a des aspects supplémentaires qui te plaisent particulièrement sur le contexte de la prod ?

 

Daniel : Oui. D’abord le fait de travailler dans un contexte international. Je trouve ça toujours bénéfique pour une prod, cela apporte différents regards. Moi-même, je suis allemand, et dans le cadre de Paf, nous travaillons en copro avec Animoka, un studio italien. Cela permet d’échanger nos savoir-faire et notre sensibilité. Et bien qu’on soit voisins, il y a toujours des anecdotes rigolotes sur des visions différentes du monde, voire même de la famille . Mais on échange. On débat, même ! c’est passionnant ! Et c’est tout l’intérêt pour une série qui est destinée à voyager !

 

Autre point assez inhabituel, c’est le format atypique dont parlait Patrick. Travailler le rythme sur un 1’30, 7’ ou 22’ est tellement différent. Et j’ai adoré réaliser les 1’30. C’est ultra condensé. On partait d’une idée qui tenait en 2 phrases, type « Le chat veut dormir au soleil, il se fait constamment déranger » on en parlait, on le dessinait et on réajustait au fur et à mesure. C’était spontané, sans scripte, et totalement « storyboard-driven ».

 

 

 

Enfin moi aussi, j’ai beaucoup aimé travailler avec les équipes. Je suis réalisateur, et j’ai besoin d’une bonne collaboration avec tous les chefs de postes pour développer une idée et la garder vivante au fur et à mesure de l’écriture, du storyboard, du layout, etc.  Cela a été particulièrement fluide sur cette prod, et travailler intégralement en Europe est un gros atout pour la série. Côté animation, nos échanges sont ultra fluides avec Angoulême, les équipes sont solides, et on gagne énormément en qualité. C’est un vrai plus pour la série, mais aussi pour les équipes qui y travaillent !

 

 

A quel stade la production en êtes-vous ? et quand pourrons-nous voir les premiers épisodes ?

 

Patrick : La difficulté pour la production et les équipes réside dans le fait de pouvoir garantir nos délais de fabrication. Nous sommes pour cela obligés de travailler sur plusieurs épisodes en parallèle, et c’est un vrai challenge, artistique, technique et organisationnel. Nous sommes en train de terminer les animatiques et derniers storyboards des épisodes mais les premiers épisodes démarrés sont eux bien terminés !

 

Nous sommes un peu en plein cœur de la production, le moment où toutes les étapes se chevauchent et avancent dans un ordre précis et en -presque parfaite- (rires) synchronisation ! De toute façon, nous devons rapidement livrer vite nos partenaires diffuseurs, car au printemps prochain, le public va découvrir les tout nouveaux épisodes… On va y arriver !!!!

via GIPHY

 

Pour plus d’infos :

 

Pour toute question généraliste : pr@superprod.net

Pour plus d’infos sur la distribution : sales@superights.net

 

Si vous voulez vous aussi rejoindre l’équipe SUPERPROD, postulez en ligne 

 

Pour suivre nos actus :